fbpx
Attinkpon, l’artiste innovateur !

Des chansons, vidéos  loufoques qui font le buzz grâce à Internet ces récentes années, “I love you” restera de loin la plus mémorable (en tout cas pour nous africains c’est sûr). Des vannes à n’en plus finir aux fredonnements, cette chanson a le don de s’incruster dans votre tête telle une sangsue qui ne vous lâche pas d’une semelle.

De nombreuses reprises aussi parodiques que « professionnelles » comme celles de Senzaa artiste de la chanson togolaise entre autres, des remix internationaux par des DJ de renoms du sud comme du nord ajoutée à celles de ses compatriotes même, des hashtags générés de part la toile et un challenge mondial des internautes, blague à part Attinkpon a réussi son pari !

Sérieusement, mettons de côté l’aspect massacre de la langue qu’on doit à Shakespeare, et la totale absence d’une direction artistique tant sur l’aspect vidéo que musicalité et revenons à l’aspect innovant du titre  “I Love You”. Oui ! Innovant Bicoz…Bicoz… de toute l’histoire de la musique traditionnelle béninoise ou plus précisément celle du tchinkoumin, Attinkpon a eu lui au moins l’idée de sortir de la routine un peu monotone de ce genre musical, pour imposer un nouveau style et c’est tout à son honneur !


Au Bénin comme à l’extérieur, la vidéo à su conquérir enfants comme adultes, ce qui lui vaut des tournées à toutes échelles, nationale comme internationale. Il a même fait un tour dans notre capitale pour un showcase au Premium Shisha Club le 15 dernier, avec une salle pleine vous imaginez ?! Comme quoi son coup d’essai n’aura pas été vain ! Le plus important à retenir de tout ça c’est qu’on ne perd rien à tenter sa chance, et avec internet, le ridicule ne tue pas mais vous rapporte au contraire le succès.

Un conseil très chers Gnadoé peep’s n’ayez plus peur du ridicule, il vous rendra riche qui sait !

 

Crédit Photo: Premium Shisha Club

Articles similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*

*

*