fbpx
Suivez-nous

Interview

Barbara Amouzou-Locadi : Les filles et les jeunes femmes manquent de confiance en elles la plupart du temps

Publié

le

Je suis Barbara Amouzou-Lokadi et je suis en charge de la communication et du marketing chez Vlisco Togo depuis bientôt 8 ans. J’ai fait le collège et le lycée au collège protestant de Lomé puis mes études universitaires à ESIBA et en France. J’ai un master en management et stratégie d’entreprises. Je me passionne pour l’art, le design, la photographie, les questions d’environnement et de nutrition.

 

Son constat sur la condition des femmes togolaises, en particulier dans son domaine

 

Nous opérons sur un marché de textiles imprimés et les principales actrices sont des femmes. Elles sont au premier rang de la chaîne de distribution puisque ce sont les revendeuses du grand marché de Lomé qui distribuent les marchandises au Togo et à l’étranger. Ce sont des femmes discrètes mais réellement inspirantes. Elles travaillent avec beaucoup de passion de générations en générations. Dans la chaîne de distribution, à part ces femmes grossistes, nous avons également des demi-grossistes et des femmes portefaix. Ces dernières abattent un travail vraiment pénible. Transporter d’énormes marchandises toute la journée est réellement une corvée. Leur quotidien est vraiment difficile et dangereux. Mais elles sont résilientes et pleines d’espoir pour leurs enfants. Je voue un respect incommensurable à toutes ces femmes.

 

Si je dois considérer mon métier de marketeur, je trouve qu’il y a encore très peu de femmes à des postes de responsabilité dans cette profession. Ceci étant en partie dû au fait qu’il persiste un amalgame entre les métiers de commercial et marketeur. Je vois beaucoup de jeunes femmes avec un background de marketing/communication se transformer en commerciales de terrain. Ce qui n’est pas plus mal lorsque l’on veut acquérir des compétences sur le terrain mais ces situations ne devraient pas perdurer. En général, nous manquons de concurrence sur le marché des entreprises, ce qui fait qu’il y a très peu de marketeurs mais plus de commerciaux.

Lire aussi :   Les Enseignants-Chercheurs de l’université de Lomé entrent en grève

 

 

Son avis sur le droit de la femme au Togo

 

J’estime pour ma part qu’il y a eu des avancées non négligeables pour les femmes dans le domaine juridique. En effet, la révision du code des personnes et de la famille en 2012 et en 2014 donne quelques avantages aux femmes. L’une des modifications majeures de ces textes réside dans le fait que les femmes et les hommes sont considérés comme égaux et donc ils assument ensemble les responsabilités du foyer. Le code pénal a également été révisé en 2015 en faveur des femmes et des jeunes filles concernant les violences perpétrées contreelles.

 

Malgré toutes ces évolutions, les mauvaises mentalités ont la dent dure. Les filles et les jeunes femmes manquent de confiance en elles la plupart du temps. Il faut réellement investir dans des programmes de leadership à l’école. Les grossesses précoces sont malheureusement en recrudescence. Les femmes subissent encore des pratiques patriarcales discriminatoires : rites de veuvage obscènes, mariages forcés, le non-accès aux terres, la déscolarisation, le harcèlement moral et sexuel, etc.

 

En général, nous manquons également de modèles dans les métiers des sciences, de la technologie, de l’ingénierie, des mathématiques et de la gouvernance.

 

 

Lire aussi :   SHAD berce les cœurs avec « Vidé-vidé »

Son avis sur les challenges des femmes pour l’avenir

 

 

Nous devons commencer par investir dans la jeunesse, aussi bien dans les petits garçons que les petites filles. Leur inculquer des valeurs morales telles que l’égalité, le respect, l’identité. Nous devons parler de sexualité avec nos enfants et favoriser leur créativité par des activités manuelles et artistiques. Nous devons également éduquer nos enfants au respect de la nature qui se dégrade de plus en plus.

 

Pour revenir aux femmes, nous devons nous remettre en question de façon constante et évaluer nos objectifs de vie. Nous devons investir dans notre développement personnel et cultiver l’excellence au quotidien. La solidarité entre femmes ne devrait plus être une question révolue mais plus que d’actualité. Nous ne serons que de meilleures leaders d’opinions en nous entraidant les unes et les autres. Quoi de plus gratifiant dans la vie que de se dire que l’on a participé à l’édification d’une personne bien ?

 

 

Son avis sur le thème national de la journée internationale des droits de la femme

 

C’est un thème un peu trop généraliste pour moi. Veut-on parler de la représentativité des femmes dans les instances de prises de décision ? Si c’est le cas, les femmes togolaises sont effectivement sous-représentées. Cela nous réfère à l’éducation de nos jeunes filles à la base. Leur apprend-t-on à prendre la parole ? Leur demande-t-on leur avis sur des décisions concernant la gouvernance de nos sociétés ? Les femmes togolaises sont très ingénieuses et porteuses d’idées novatrices mais se défilent lorsqu’il s’agit de donner leur avis en public. Il faut retourner à la base.

Lire aussi :   Woodin le créateur : Une véritable marque africaine

Après les questions de gouvernance politique, veut-on parler de la représentativité des femmes dans l’économie ? Cela va sans dire que les femmes togolaises portent à bouts de bras une économie informelle florissante. Il faudrait dans ce secteur leur faciliter le travail : accès aux terres,fiscalité,etc.

 

 

Pour conclure…

 

Difficile pour moi de prendre la parole uniquement tous les 8 mars. Les femmes togolaises vivent des peines au quotidien seulement parce qu’elles sont des femmes et je trouve certaines situations discriminatoires absurdes. Tellement que même parfois les femmes acceptent et intègrent leur position inférieure aux hommes et inculquent cette même pensée à leurs enfants. Les problèmes des femmes sont les problèmes de la société toute entière et pas une question d’hommes ou de femmes. En améliorant leur style de vie, nous favorisons l’émergence d’une société épanouie. En ce 8 mars, j’ai une pensée particulière pour toutes ces femmes qui souffrent en silence. Soyons à l’écoute les uns des autres et soyons tout simplement bienveillants et résolument tournés vers l’humain peu importe son sexe.

 

 

 

Continuer la lecture
Cliquez pour commenter

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vidéo de la semaine

Facebook

Pour ne rien rater