fbpx
Suivez-nous

Analyse

Voici pourquoi les « combats » se multiplient dans le showbiz togolais 

Publié

le

Voici pourquoi les « combats » se multiplient dans le showbiz togolais 

Depuis quelques jours, le showbiz togolais est devenu un théâtre où les acteurs se déchainent  avec zèle pour une représentation tragique des évènements. Les « combats » n’ont pas été de simples métaphores. Les manifestations s’enchainent (sur Facebook) pour une quelconque amélioration du système, mais aussi, les « coups de poing » et les techniques de combat rapprochés.  Pourquoi tant de désordre ? La question mérite d’être posée ! Cependant…

Raoul Le Blanc est l’acteur qui semble maitrisé tous les rôles.  Depuis son apparition dans le « game », cet homme, en sa qualité d’artiste et manager d’artiste, s’est donné pour mission de reconstruire la musique togolaise et ceci à sa manière. Pour lui, le système qui régit l’ensemble du show-business est périlleux et obsolète, ceci dit, en tant que patriote, détruire les fondations existantes est le meilleur moyen pour remettre en place un nouveau système qui sera capable de garantir l’avenir des artistes togolais.

Balance ton cachet ou Bah lance ton uppercut ?

Dans cette atmosphère philosophique, la doctrine de Raoul s’est trouvée non seulement des adjuvants, mais aussi, des antagonistes. Les méthodes de Raoul semblent irritées beaucoup d’acteurs culturels et ces derniers n’hésitent pas à le démontrer à la moindre occasion. Ce fut le cas du rappeur Mic Flammez.

Lire aussi :   Kaaris dévoile une conversation que Booba a eu avec une fille de 16 ans !

En effet, Mic Flammez  semble ne pas apprécier les délires de Raoul Le Blanc. Cet état d’esprit a conduit le rappeur trismégiste à un règlement de compte sous forme de combat « corps à corps » avec ce qui représente par abus son « pire cauchemar ».

En pleine conférence de presse, les deux acteurs culturels les plus influents du net se sont mis à s’embrouiller et quelques minutes après c’est la bagarre ! Les faits ont été recueillis et publiés sur tous les médias sociaux, il y a quelques jours. Et comme ce premier règlement impulsif ne suffisait pas pour alerter les acteurs à faire preuve de patience, il a fallu une deuxième scène de bataille en plein concert.

Un deuxième tour 

C’est au tour de Lawstav, membre de la team du rappeur Mic Flammez de démontrer son mécontentement. Pour un deuxième « round »  en seulement 5 jours, le pseudo-protégé du PDRG ne s’est pas attaqué à Raoul Le Blanc, mais à Zeus Akpata, un autre acteur culturel.

Un troisième tour ?

Il semblerait que Raoul Le Blanc ait trouvé celui sur qui déchainé sa colère suite a son combat avec Mic Flammez. L’humouriste Professeur Abawoe est pris pour cible d’après les publications faites par Raoul sur son compte Facebook. Les raisons ? Rien de concret, cependant, la probabilité d’un combat est presque certaine. La provocation inutile, les engouements non constructifs, tout ce qui fait état de racaille est mis en avant et les internautes semblent trouvés de quoi tuer l’ennui.

Lire aussi :   Creed II, plus qu’un combat de boxe

Pour rappel, Zeus Akpata fait ouvertement partie des antagonistes de Raoul Le Blanc et du rappeur Mic Flammez, ce qui laisse croire que le comportement de Lawstav à son égard n’a aucun lien avec le combat qui s’est précédemment déroulé. Il ne s’agit donc pas de « clan » ni de « gang » ; tout porte à croire que chacun défend une cause qui lui est propre et ceci à sa manière. Dans ce théâtre, les acteurs qui partagent la même opinion ne sont pas ‘alliés’  et le ceux qui n’ en ont aucune sont ‘soudés’.

À l’heure actuelle, non seulement la musique togolaise ne connait aucune amélioration sur l’échelle Africain, ses acteurs meurent sous l’effet d’une maladie causée par un «égo » et une  « haine » dont les sources sont presque  inconnues. La bonne question devrait-être : pourquoi les « mauvais combats » se multiplient dans le showbiz togolais ?

Cliquez pour commenter

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vidéo de la semaine

Facebook

Pour ne rien rater