Suivez-nous

Livre / Roman

Instant érotique : tournage sans montage – chap 2 (interdit aux-18 ans)

Publié

le

Internet
Rejoignez nous sur Facebook:

Vous aviez lu et apprécié la première partie de notre petite virée érotique titrée « Tournage sans montage« . Nous vous revenons avec la suite et la fin.

Tournage sans montage (suite et fin)

Mike me depose, il prend ma tête dans ses mains, nettoie mes larmes et après un intense regard approcha ses lèvres contre les miennes pour m’embrasser. Je ferme les yeux.

Dans l’instant d’après on se retrouve au sol. Soudain j’entends COUPEZ ! COUPEZ !

Jerry : Les amoureux, on a tous remarqué dans la pièce qu’il y a une alchimie entre vous deux mais c’est avant tout un tournage, mettez-y plus d’émotions et d’abnégation. On doit sentir la tristesse et la joie dans chacune de vos caresses et baisers. Des amants qui se retrouvent après de longs mois ne vont pas directement au sol pour faire l’amour. Ça doit être plus lent, plus sensationnel et agréable. Vous devez d’abord vous découvrir. OKAY ? Allez, on reprend à partir du moment ou Mike te dépose.

Mike me dépose, il prend ma tête dans ses mains et il nettoie mes larmes avec son pouce; j’attrape sa main pour la serrer contre ma joue en fermant les yeux. Tellement sa chaleur est agréable et apaisante. Tellement cette chaleur m’a manqué que mes larmes n’arrêtaient pas de couler.

Je lui dépose de légers baisers dans la paume de sa main puis je lève ma main vers son beau visage pour le caresser à mon tour.  »Je t’aime Mike », lui aie-je soufflé en murmurant. Je passe ma main sous son oreille puis de mon pouce je lui caresse la joue pour nettoyer ses larmes qui commençaient à couler.

Je fais descendre mon pouce sur ses lèvres soyeuse que je caresse légèrement. Je fermes les yeux pour immortaliser ce moment, je les rouvre et après un intense regard, il approche ses lèvres contre les miennes pour m’embrasser. Je ferme les yeux, et je sens ses délicieuses lèvres sur les miennes, ses lèvres à travers lesquelles j’arrive à ressentir l’intensité de notre amour, je sens sa délicieuse langue dans ma bouche et le désir en moi grimpait.

Nos lèvres voyageaient sur des vagues de plaisirs, des océans de bonheur, c’était indescriptible. On était sans craintes, on ne se souciait même pas d’être surpris, pour nous, nous étions seuls au monde.

Lire aussi :   Fataou, l'ex-producteur de Pikaluz s'exprime enfin sur son conflit avec l'artiste

Pendant qu’il m’embrassait, je le serre contre mon corps et je passe mes mains sur ces gros bras couverts de cuir. Je devinais qu’il était très musclé. La guerre lui avait réussi.

Je caresse son corps par-dessus sa veste en cuir puis lentement, nous allons au sol pour unir nos corps, consommer notre amour dont nous nous étions privé depuis d’éternels mois.

Mike commença à enlever sa veste à la hâte et on entend encore COUPEZ ! COUPEZ ! C’était le producteur de Thomas.

Producteur : Qu’est-ce que tu nous fais là Thomas. Vous devez vous déshabiller dans la lenteur et non dans l’ardeur. C’est une romance et non un porno. OKAY ? Allez, on reprend à partir de votre descente.

Au fond, je lui en voulais d’avoir coupé mon désir. Je caresse son corps par-dessus sa veste en cuir puis lentement nous allons au sol pour unir nos corps. Mike continuait de m’embrasser et de me caresser le visage. Je sentais sa paume dure contre mes joues, Il m’embrasse tendrement dans le cou et folle de désir, je passe ma main sur sa nuque et dans son dos.

Nos gestes n’étaient que passion, amour et tendresse. Il passa sa langue dans mon cou puis la fit descendre jusque dans la fente de ma poitrine. Je commençais à mouiller terriblement ma culotte. Il arrêta un moment pour plonger ses yeux perçant dans les miens puis m’embrasse à nouveau. Je passe ma main entre nos corps puis je commence à ouvrir la fermeture de sa veste, il l’enlève et la jette à côté.

Je me relève un peu en avant pour embrasser son torse, je me recouche sur le sol puis je passe mon doigt entre les courbes bien dessinées de ses abdos. Il continuait ses caresses et baisers et ma main continuait sa progression jusqu’à descendre sur son sexe que je masse légèrement en faisant des cercles.

À moitié allongé sur moi, d’une main, il déboutonne lentement ma chemise qu’il jeta plus loin puis il passa sa langue sur mes tétons avant de les sucer comme un dieu. Ma respiration s’accéléra. Le personnage que j’incarnais ne portait pas de soutif. Mon plaisir était intense, j’en oubliais même la caméra, je me laissais emporter par ce torrent de plaisir. Il suçait mes tétons l’un après l’autre et je laissais entendre de petits gémissements.

Lire aussi :   Vika en couple avec son producteur Linos

J’ouvre lentement la fermeture de son pantalon et je sors difficilement son sexe qui était déjà en érection. Je soulève légèrement mes jambes et je les écarte. Mes tétons se durcissent sous l’effet sensationnel de ses jeux de langue. J’avais décalé ma culotte sur le côté avant le début du tournage. Il s’allonge un peu plus sur moi, il saisit son sexe, déjà couvert de capote avant le début du tournage, le place à l’entrée de ma chatte et commence à me pénétrer lentement.

Je sentais son énorme sexe se frotter contre chaque centimètre du mien et ça me procure un plaisir fou. Au même moment, il prit mes lèvres entre les siennes comme pour limiter mes gémissements, comme pour compléter notre union. Le plaisir était tellement intense que j’ai gémis dans toute la pièce. Sans savoir, j’ai planté mes ongles dans son dos et il lâcha un petit gémissement de plaisir et de douleur.

Il continuait sa pénétration jusqu’à entrer profondément en moi, je sentais son sexe touché le fond de mon utérus, je lui mordille les lèvres. Il resta immobile quelques secondes puis commença à faire des allers retours au fond de moi. À chaque coup, j’approche mon bassin contre le sien pour que la pénétration soit plus profonde. À chaque descente, son pubis se frottait contre mon clitoris, ce qui me mettait en extase et me faisait vibrer.

Il commença à accélérer ses coups sans toutefois être violent ni brutale. Il était rapide mais également doux et tendre. Pendant qu’il me faisait l’amour, je lui caressais la nuque et passait tendrement mes ongles dans la fente de son dos. La chaleur de son corps était agréable, j’aurai tout donné à ce moment pour que le temps s’arrête, pour que je profite éternellement de ce plaisir et de ces moments avec mon amour-amant.

Lire aussi :   Gnadoe Magazine N9 disponible ! : Celine Minet, devenir mannequin de renom à tout prix

Il continua de me faire l’amour jusqu’à ce que j’atteigne le sommet du plaisir. Il me serra fortement contre lui et tous deux nous jouissons au même moment en gémissant les lèvres collées les unes sur les autres. Il m’embrasse encore et me chuchotta à l’oreille : Je t’aime, je t’ai toujours aimé et je ne compte plus te quitter. À ce moment le caméraman s’était rapproché de nos visages pour faire un plan serré.

Il fit rentrer son sexe dans son pantalon et se coucha à côté de moi, je m’approche pour déposer ma tête sur son torse en mettant ma main dans la sienne, je pouvais sentir son cœur battre de façon rythmée. Le caméraman termina la scène avec un plan rapproché sur la moitié de nos corps, l’instant magique venait de finir et nous étions revenus à la réalité.

Et maintenant, qu’allons-nous faire Mike ? Lui avais-je demandé les yeux fermés.
On entend COUPEZ ! COUPEZ ! COUPEZ !… et les caméramans se retirent.

J’étais toujours allongée sur Thomas et j’avais toujours envie de lui, mais les applaudissements me ramènent à la réalité, le tournage était terminé.

Jerry : Bien joué vous deux. Vous avez été parfaits surtout toi ma puce. Maintenant allez vous doucher. On fera le reste en coupant certaines scènes et en ajoutant des effets spéciaux pour créer le décor. Le tuyau de canalisation cachera la grande partie de vos corps, n’ayez crainte.

Je redresse ma jupe et me dirige vers mon vestiaire pour prendre une bonne douche. Malgré la fraîcheur de l’eau, le désir était toujours présent et bouillonnait en moi. Je sors déjà habillée puis je rencontre Thomas qui se dirigeait vers les autres.

Moi : Euh, ça te dirait qu’on prenne un verre chez moi à la sortie ?

Thomas : D’accord pour le verre, mais je n’entretiens que des relations professionnelles avec mes collègues.

Aïe, Cupidon a oublié de lui envoyer une flèche, me disais-je intérieurement…

Fin de notre instant érotique « tournage sans montage ». Rendez-vous dans nos prochains articles pour découvrir d’autres aventures.

Pour ceux qui n’avaient pas lu le début de cette petite histoire, cliquez sur ce lien et vous serez servis.

Pub

Facebook

Gnadoe Tv