Suivez-nous

Actus

Jerusalema : voici comment cette chanson gospel est devenue un tube

Publié

le

jerusalema
google image
Rejoignez nous sur Facebook:

Presque aussi répandu que le Coronavirus, le tube « Jerusalema » est devenu très célèbre depuis la fin du confinement.  Cette chanson qui implore la protection de Dieu, est jouée partout dans le monde.  Tout était parti d’un simple  défi TikTok.

Et très rapidement, Son air entraînant et la chorégraphie qui l’accompagne ont fait le tour du monde et a atteint plus de 136 millions de vues sur YouTube.

« La chanson la plus spirituelle possible. » C’est en ces termes que le DJ sud-africain Master KG résume l’ambition initiale de son tube Jerusalema, devenu viral.

Ni le texte, ni même l’air entraînant ne suffisent toutefois à expliquer le succès de cette prière musicale dont l’impact serait sans doute demeuré plus confidentiel sans le déhanché endiablé des danseurs et danseuses sud-africains du clip.

 

La vraie histoire cachée derrière le tube Jerusalema

Master KG déclare qu’initialement c’est une danse sud-africaine. « En Afrique du Sud on la danse lors des mariages. Des Angolais ont alors vu la chorégraphie et ont commencé à danser sur la chanson. La vidéo est ainsi devenue virale », a déclaré l’artiste.

Il ajoute qu’il avait préparé le beat de la chanson Jerusalema l’année dernière. Puisqu’il est DJ et producteur de profession. Il trouvait que ce beat était spirituel. Ce beat l’avait tellement captivé qu’il n’arrêtait pas de l’écouter.

Lire aussi :   Togo/Musique : Santrinos Raphaël crève l'écran avec un single gospel titré "Mawu Na"

Il a ensuite cherché un chanteur pour réaliser la chanson. Il a alors pensé à Nomcebo Zikode. Il l’a alors appelé et ensuite ils ont commencé à chercher les paroles de la chanson.

« Fin 2019 j’ai fait un beat, et ce beat était tellement spirituel, explique l’artiste. Je me souviens l’avoir écouté encore, encore et encore.  Puis j’ai demandé à la chanteuse sud-africaine Nomcebo Zikode de poser sa voix dessus ». Tout en insistant sur le fait que Master KG voulait beaucoup de spiritualité dans sa chanson.

Émerge alors le refrain « Jerusalema ikhaya lami (Jérusalem, c’est chez moi) » qui invoque la protection de Dieu en zoulou, langue maternelle de l’interprète. ‘Jerusalema ikhaya lami’ est, d’après le DJ, sorti de nulle part pendant leur détente.

La chanson a ensuite été enregistrée et ce fut le commencement d’un succès planétaire. Enfin, il a confié que le succès a dépassé son imagination. Puisque son but était juste d’avoir son propre single.

Un nouvel album sur le pardon

Devant cet engouement, le DJ Master KG assure « remercier Dieu ». Tandis que cette réussite a permis à son acolyte Nomcebo Zikode d’assoir sa renommée. Cette dernière a sorti  le 21 août dernier, l’album « Xola Moya Wami » qui se traduit par « Fais la paix mon âme ». Écrit début avril, soit une semaine après le début du confinement, il exprime « l’état de choc et de peur » de cette chanteuse chrétienne qui déclare  avoir pensé que « Dieu (la) punissait pour (ses) propres péchés.

Lire aussi :   10 CHANSONS QUI ONT MARQUÉ LA CARRIÈRE DES TOOFAN

De quoi confirmer l’ancrage spirituel de cette chanteuse dont la voix célèbre déjà la ville sainte dans le monde.

Pub

Facebook

Gnadoe Tv