Suivez-nous

Buzz

Liban : Le Premier ministre et tout le gouvernement démissionnent suite à l’explosion de Beyrouth

Publié

le

Liban
Google Images
Rejoignez nous sur Facebook:

Le Liban souffrait déjà d’une grave crise économique, associée à la hausse des taux de coronavirus. Le gouvernement libanais a été en proie à des accusations de corruption et de mauvaise gestion flagrante.

Le gouvernement a fait face à de graves critiques après qu’il ait été révélé que l’explosion de la bombe était liée à une réserve de produits chimiques explosifs. La réserve oubliée est depuis longtemps stockée dans un port de Beyrouth.

 

Le Liban ainsi que le reste du monde a été choqué par l’explosion de Beyrouth qui a fait de nombreux morts et blessés.

L’explosion a déclenché de violentes manifestations où des dizaines de manifestants ont lancé des pierres, des feux d’artifice et des cocktails Molotov sur les forces de sécurité. Celles-ci ont répondu par plusieurs coups de gaz lacrymogène, c’est ce qui a conduit à la démission de trois ministres du cabinet et de sept députés la semaine dernière.

Le Premier ministre Hassan Diab, s’adressant à la nation lundi soir à Beyrouth, a annoncé sa démission et celle de son gouvernement qualifiant cette explosion de «désastre démesuré». Dans son discours, Diab a réprimandé l’élite politique au pouvoir au Liban pour avoir développé «un appareil de corruption plus grand que l’État». Il a continué :

« Nous nous sommes battus vaillamment et avec dignité. Entre nous et le changement est une grande barrière puissante. »

Il a ensuite comparé l’explosion à un « tremblement de terre qui a secoué le pays » poussant son gouvernement à démissionner. Avant d’ajouter que lui et son gouvernement : « avons décidé de nous tenir aux côtés du peuple ».

Lire aussi :   Will Smith : August Alsina confirme être sorti avec sa femme Jada Pinkett, avec la bénédiction de l’acteur (vidéo)

 

Diab, un réformateur autoproclamé, est devenu Premier ministre du Liban en Décembre, deux mois après la chute du gouvernement précédent.

Son gouvernement était soutenu par les principaux partis politiques, y compris le groupe politique et militant soutenu par l’Iran, le Hezbollah.

Selon la Banque mondiale, plus de la moitié de la population du pays devrait devenir pauvre en 2020. En effet, la monnaie libanaise a perdu environ 70% de sa valeur depuis le début des manifestations anti-gouvernementales en octobre dernier.

Facebook

Gnadoe Tv