Suivez-nous

Actus

Pelé : dix histoires peu connues sur le numéro 10 le plus célèbre de l’histoire du football

Publié

le

pélé
Google Images
Rejoignez nous sur Facebook:

Le légendaire footballeur brésilien Edson Arantes do Nascimento dit Pelé est l’une des personnes les plus connues au monde, bien qu’il ait pris sa retraite en 1977.

Même si tout le monde connait Pelé pour avoir remporté trois coupes du monde, il y a encore beaucoup d’histoires dont vous n’avez pas entendu parler à son sujet. Dans cet article, nous vous faisons une sélection de 10 histoires méconnues sur le numéro 10 le plus célèbre de l’histoire du football.

 

1. Pelé a fait expulser un arbitre

Le club de Pelé, le Santos FC, affronte l’équipe olympique colombienne lors d’un match amical le 18 juin 1968 à Bogotá. Un stade bondé qui a le souffle coupé lorsque l’arbitre Guillermo Velasquez dit à Pelé de quitter le terrain (les cartons rouges n’ont été introduits qu’en 1970) après que le Brésilien ai commis une faute sur un défenseur et, selon Velazquez, il l’a insulté.

Les joueurs de Santos ont encerclé l’arbitre et la foule proteste également contre cette décision. Dans une interview en 2010, l’arbitre explique qu’on lui a alors dit de quitter le terrain et de céder le sifflet à l’un des juges de lignes.

 

2. Pélé, ambassadeur de la paix

Dans les années 1960, le Santos FC d’Edson est l’une des équipes de football les plus célèbres au monde. Il profite de cette renommée pour disputer des matchs amicaux d’exhibition partout dans le monde. L’un de ces matchs a lieu le 4 février 1969 au Nigeria, à l’époque, déchiré par la guerre. Santos bat le 11 local 2-1 à Benin City.

Le Nigeria à l’époque est plongé dans une guerre civile sanglante déclenchée par la tentative de sécession de l’État du Biafra. Miraculeusement, les joueurs avaient été informés que “la guerre civile serait arrêtée pour leur match d’exhibition”.

«Eh bien, je ne suis pas sûr que ce soit tout à fait vrai, mais les Nigérians ont certainement fait en sorte que les Biafrans n’envahissent pas pendant que nous étions là », déclare Pelé.

 

3. Comment Pelé a “snobé les Beatles”

Pelé déménage à New York en 1975 pour jouer pour les New York Cosmos lorsque les États-Unis tentent pour la première fois de créer une ligue de football professionnelle (1968-1964).

Lire aussi :   Neymar va jouer dans La Casa De Papel Saison 3

Le Brésilien affirme que lors de son séjour, Lennon lui a dit que lui et les autres Beatles ont tenté de visiter l’hôtel de l’équipe brésilienne lors de la Coupe du monde de 1966, disputée en Angleterre.

Malheureusement, les tentatives des musiciens pour le rencontrer avec le reste de l’équipe sont bloquées par les directeurs très conservateurs de la Confédération brésilienne de football.

 

4. Il n’a jamais joué pour un club européen

Les critiques de Pelé affirment que le fait de n’avoir jamais joué au football en club en Europe lui a rendu la vie plus facile. Le problème est que, contrairement à de nombreux joueurs brésiliens, célèbres ou non, Pelé est littéralement empêché de déménager à l’étranger à son apogée.

Le Santos FC refuse les offres de clubs tels que le Real Madrid et le Milan AC à un moment où les joueurs n’ont pas leur mot à dire sur l’endroit où ils veulent jouer.

La pression pour le garder au Brésil est venue même des très hauts responsables du gouvernement.

 

5. Capitaine du Brésil à l’âge de cinquante ans

Vous avez bien lu. Pelé a porté le brassard brésilien une seule fois dans sa carrière, il a toujours refusé le poste de capitaine du club et de l’équipe nationale. Il fait une exception le jour où il joue pour le Brésil à l’âge de 50 ans. Cela s’est produit en 1990, 19 ans après avoir pris sa retraite de l’équipe nationale.

Lire aussi :   Voici la vidéo de Sidiki Diabaté en prison qui fend le cœur à ses fans (vidéo)

Il a pris part à un match amical Brésil contre le Reste du Monde organisé à Milan pour marquer son 50e anniversaire. Pelé avait joué les 45 premières minutes.

 

6. Pélé a une fois été « kidnappé »

Les joueurs du FC Santos ne sont pas contents de jouer à Trinité-et-Tobago le 5 septembre 1972.

“Il y avait eu de graves troubles et nous avons vu des chars dans les rues”, explique le défenseur Oberdan au journal brésilien Zero Hora. “Nous avons tous convenu que nous devions jouer le match aussi vite que possible pour pouvoir remonter dans un avion.”

Mais la délégation n’anticipe pas la réaction de la foule face au but de Pelé à la 43e minute. Les supporters ont rapidement envahi le terrain du stade de Port of Spain et défilent dans les rues de la ville en portant Pelé sur leurs épaules. Il faudra plusieurs minutes pour qu’il soit secouru.

 

7. Il Vole la vedette de Sylvester Stallone

Lorsque le tournage d’Escape to Victory commence en 1980, Sylvester Stallone est déjà une star en vogue dans l’industrie cinématographique grâce au succès des deux premiers Rocky.

Pelé est là, aux côtés d’autres footballeurs professionnels actifs et retraités tels que les vainqueurs de la Coupe du monde Bobby Moore et Ossie Ardiles, tandis que Stallone joue un gardien de but.

Pelé frappe un coup de pied de bicyclette acrobatique dans l’une des scènes, marquant apparemment parfaitement sur le coup or c’est Stallone qui était censé marquer les buts.

 “Dans le scénario original, Stallone était l’attaquant et j’étais censé être le gardien de but”, raconte le footballeur. “Mais il n’aurait pas pu frapper un ballon même pour sauver sa vie”, a déclaré Pelé en riant.

 

8. Pelé était aussi un bon gardien de but

En fait, Edson était un bon gardien de but et n’aurait certainement pas déçu s’il avait joué le rôle de gardien de but dans Escape to Victory.

Lire aussi :   Togo : grande campagne d'établissement gratuit d'actes de naissance et de certificat de nationalité

Dans la vraie vie, le Brésilien est un joueur remplaçant désigné pour le poste de gardien, car à cette époque les équipes ne peuvent effectuer qu’un seul remplacement par match. Il enfile les gants quatre fois pour le FC Santos au cours de sa carrière, y compris en demi-finale de Coupe du Brésil en 1964.

L’équipe remporte tous les matchs et Pelé ne concède pas un seul but.

 

9. Pelé et ses homonymes

Les fans sont peut-être ravis de chanter “Il n’y a qu’un seul Pelé !”, mais ce n’est pas tout à fait vrai. Grâce à ses exploits, le roi du football Pelé a des homonymes partout dans le monde, sur et hors du terrain.

L’un des footballeurs les plus célèbres d’Afrique est né Abedi Ayew, mais il est devenu célèbre en tant qu’Abedi Pelé. Il a joué pour le Ghana et un certain nombre de clubs européens.

En Angleterre, le défenseur capverdien Pedro Monteiro, qui a rejoint Southampton en 2006, était également connu sous le nom de Pelé, un surnom acquis dans l’enfance. Mais on peut mieux mesurer l’impact de Pelé avec son nom de baptême.

 

10. Pélé aurait-il pu devenir président ?

En 1990, Pelé annonce à la presse internationale qu’il pensait se présenter à la présidentielle brésilienne de 1994.

La candidature n’est jamais vraiment venue, mais Edson est bel et bien entré en politique au cours de la même décennie : de 1995 à 1998, il est ministre brésilien des Sports et il fait pression pour que la législation donne aux footballeurs professionnels plus de pouvoir de négociation avec les clubs, ce dont sa propre génération avait besoin.

Facebook

Gnadoe Tv