Suivez-nous

Togo

Togo : 5 quartiers de Lomé à éviter la nuit

Publié

le

Togo : 5 quartiers de Lomé à éviter la nuit
Rejoignez nous sur Facebook:

Bienvenu(e) à Lomé, la capitale togolaise ! La belle ville qui regorge de toutes les couches sociales. Une ville dans laquelle les riches vivent dans une aisance indescriptible, et au même moment, des pauvres qui mènent une vie misérable dans certains quartiers ou taudis insalubres communément appelés « ghettos ». Une réalité quotidienne qui oblige ces derniers à s’adonner à des vices sociaux (prostitution, vol, vente de stupéfiants, …) d’où la nécessité d’éviter ces quartiers la nuit. Ainsi est faite la vie, ainsi est faite Lomé.

Bienvenu(e) à Lomé, la capitale togolaise ! La belle ville qui regorge toutes les couches sociales : riches, pauvres et misérables. Une ville dans laquelle les riches vivent dans une aisance indescriptible, et au même moment, des pauvres qui mènent dans certains quartiers ou taudis insalubres communément appelés « ghettos ». Une réalité quotidienne qui les oblige à se donner à des vices sociaux (prostitution, vol, vente de stupéfiants,..) pour trouver leur pain quotidien. Ainsi est faite la vie, ainsi est faite Lomé.

Lomé by Night

Dans cet article, je vais essayer de vous donner cinq(5) de ces quartiers de Lomé à éviter la nuit. Pourquoi ? Eh bien, pour votre propre sécurité. Même si les gens y vivent, il y a toujours des zones qui devraient être évitées surtout pendant la nuit. De Baguida à Hanoukopé en passant par Akodessewa sans oublier Adidogomé, Totsi, Agoè ou encore le vaste , etc. aucun quartier de Lomé n’est épargné. Mais ceux que je vais citer sont des zones rouges, reconnues pour leur caractère hétéroclite.

L’objectif  n’est pas de salir ou de nuire à leur réputation, plutôt avertir les innocents et les noctambules, que ces types d’endroits ne sont pas toujours fréquentables dans la nuit. Si vous êtes invités à aller à une discothèque ou une party* à Lomé, il faut vous assurer du type d’endroit où vous allez pour éviter les malentendus, même si dans ces quartiers, il y’a des zones tranquilles et d’autres moins :

 

Lire aussi :   Les artistes togolais et les fausses vues YouTube : Qui trompe qui ? Et pourquoi ?

♦ Hanoukopé (Akassimé) :

Si tu vis vraiment aux alentours de la rotonde (commissariat de Police) ou tout près des zones éclairées, il n’y a pas de problèmes. Mais aux abords du terrain des Cheminots communément appelés « Akassimé », si tu te promènes plus loin la nuit, ça peut être très dangereux.

 

♦ Katanga (Zone portuaire) :

Cela a toujours été un quartier avec une mauvaise réputation en général. Un bidonville situé juste derrière le Port Autonome de Lomé, lieu où réside la plupart des pêcheurs locaux et des personnes sans abri. Ce bidonville sans électricité, abrite environ 30000 âmes. Je ne vous conseille pas d’y aller dans la nuit ! 

 

♦ Katanga (Kodjoviakopé) :

Une zone du quartier Kodjoviakopé. Même si ce milieu a vu grandir les stars à l’instar de l’international togolais Adébayor  Sheyi, de Mic Flammez ou de Pikaluz, il reste une zone rouge sur la carte. Violence et vente des stupéfiants en sont les principales caractéristiques. C’est le centre commercial du haschich communément appelé (Gbékui). En fait, il a été l’un des quartiers où il y a le plus d’incidents.

 

♦ Déckon/Santana kpédji :

Beaucoup le surnomment le « couloir de l’enfer ». C’est-à-dire que moindre erreur, tu ne sortiras pas indemne. En fait ça a toujours été un milieu avec une forte habitation des jeunes  hustlers* et débrouillards. Il est connu comme le quartier des « pr*stituées » et des dealers.  Les bidonvilles servent de tremplin pour le commerce du sexe. Dans ces milieux, la prostitution est l’une des plus importantes activités commerciales. Les taudis servent d’auberge.

 

Lire aussi :   L'ANPE (Agence Nationale pour l'Emploi) recrute un (1) assistant de gestion

♦ Agbadahônou :

Eh ici même, humm ! Elle n’a pas de forte criminalité, mais il y a une très forte concentration d’immigrés errant dans les rues, qui ne te fait pas te sentir en sécurité la nuit. Personne ne recommande cet endroit, même si certaines personnes ont vécu ici sans qu’il ne se soit passé grand-chose. Hormis le sexe et les stupéfiants, le vol est l’une des principales activités génératrices de revenus dans ce milieu. Des désœuvrés, malfrats, truands et des receleurs y sont fréquents.

 

Oui, je vous déconseille de vous promener seul(e) dans la nuit ou de se perdre en ces lieux. C’est très dangereux de se balader avec un sac ou avec des objets précieux, etc. Mais gardez à l’esprit que des  millions de personnes vivent à Lomé et que c’est l’une des plus grandes villes hospitalières en Afrique.

N’oubliez pas de laisser un commentaire !

1 Commentaire

1 Commentaire

  1. Obama

    12 février 2020 à 22 h 10 min

    Juste que j’ai apprécié. C’est du bon boulot. J’aime et merci beaucoup

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Pub

Facebook

Gnadoe Tv