Suivez-nous

Togo

Togo/Moov : une coupure du réseau dans les prochains jours ?

Publié

le

Togo/Moov Télécom : une coupure du réseau dans les prochains jours ?

Pour le bonheur de ses clients, la société filiale du Groupe Maroc Telecom ne cesse d’investir des moyens dans l’extension et la densification du réseau Moov. Mais depuis quelques jours, une sanction a été prise à l’encontre de la société mère d’Atlantique Télécom. Ainsi des inquiétudes naissent déjà chez les abonnés. Que se passe-t-il donc avec le Groupe Maroc Télécom ? Étant  la société mère,  doit-on s’attendre à une coupure du réseau mobile « Moov-Togo » dans les prochains jours? Anh, on se sait jamais !

 

La société mère de « Moov-Togo » dans une mauvaise passe avec l’Autorité nationale de réglementation des télécommunications (ANRT) du Maroc :

Sans aucun doute, premier opérateur mobile certifié ISO 9001 version 2008, la téléphonie mobile « Moov » s’identifie aujourd’hui comme l’un des acteurs majeurs des télécommunications au Togo. Cependant, des inquiétudes surgissent de part et d’autres. Selon les informations parues ce 03 février 2020 dans le journal marocain « L’Economiste », une sanction a été prise à l’encontre du « Groupe Maroc Télécom » pour avoir  privé l’accès aux autres opérateurs du réseau téléphonique et Internet fixe ».  Il est donc plongé dans une lourde dette, et est contraint de payer 3,3 milliards de dirhams (soit 203 milliards de F CFA). Cette sanction prise par le Comité de gestion de l’Agence nationale de réglementation des télécoms du Maroc pour « comportements constitutifs d’abus de position dominante », serait la suite d’une plainte en 2016 de l’opérateur « Wana », un concurrent de Maroc Telecom sur le marché local.

 

Cette sanction ne risquerait-elle pas de toucher ses 9 pays filiaux d’Afrique subsaharienne parmi lesquels figure le Togo ? Se demandent déjà quelques abonnés qui ne cachent pas leurs inquiétudes. Jusqu’ici tout va bien et aucune panne ne se fait ressentir. Une situation d’autant plus grave qu’elle pourrait susciter de la panique auprès des abonnés de Moov.

 

Lire aussi :   Togo : «Le délestage», une nouvelle mesure contre la surcharge des poids lourds

« Prévenir vaut mieux que guérir », dit-on souvent ! En tout cas, les abonnés seraient déjà sur leur qui-vive !

 Moov, no limit !

Pub

Facebook

Pour ne rien rater