Suivez-nous

Togo

Toofan sont les rois, point final

Publié

le

Mais pourquoi vous n’aimez pas les TOOFAN ?

Il est impossible de parler de musique togolaise aujourd’hui sans évoquer le nom des fils du vent ! Les enfants de Tokoin Séminaire ont su devenir en moins d’une décennie un référentiel fiable en termes de constance, de succès, et d’influence. Et pourtant, ils sont loin de faire l’unanimité dans leur propre pays, très critiqués à tort ou à raison. Mais en vrai, pourquoi vous n’aimez pas les TOOFAN ?

Mais qui a réussi à faire sortir le boss de Fanga Music de son légendaire mutisme ? Chaque mois avec son lot de buzz dans la webosphère togolaise, Novembre n’a pas été une exception, pour le plus grand bonheur de la team #Gnadoe ! Tout commence en début de mois, avec un post Facebook du rappeur Skarla (109 Connexion). Apparemment, ce dernier n’a toujours pas digéré tous les retours négatifs sur sa piètre performance (appelons les choses par leur nom) au Planète Rap des Too Fan !

« Vous savez quoi ? Moi je suis prêt à tout subir et à tout encaisser vis à vis de Planète Rap sur Skyrock…je sais l’atmosphère dans laquelle on était tous ce jour-là lors du freestyle, on avait tous le trac. On est des êtres humains et on sait ce qu’on vaut…C’est très facile de critiquer hein quand on est de l’autre côté de la vitre quand on ne sait pas ce qui s’y passe… » Skarla 109 Connexion

Il en a profité pour annoncer son retour avec un tube hip hop titré avec « Mélagbé » (humm, affaire à suivre). Mais avant cela, il n’a pas hésité à dénoncer l’hypocrisie ambiante du showbiz togolais, et le peu de soutien du milieu artistique togolais pour les conquistadors à la dédicace de leur album le 27 octobre passé au siège de Canal + Togo à Dékon (Lomé). Les réactions n’ont pas tardé à pleuvoir sur la toile. Beaucoup de soutien au coup de gueule de l’artiste, mais également quelques critiques virulentes à l’endroit de Skarla, et des Toofan !  Parmi celles-ci, on retient les propos du jeune bloggeur et chroniqueur radio Rixton Adjeoda, qui traite Skarla d’« opportuniste » et d’ « incompétent » qui ne cherche qu’à faire diversion pour « laver l’affront de Planète Rap » (quelque part, ce n’est pas faux hein). Pour lui, « s’il traine avec les Toofan depuis la formation de 109 connexion, et qu’il n’arrive même pas à faire du « sur place » c’est que ces derniers ne l’aiment point. Combien cela coûterait à Toofan que Skarla puisse faire une première partie de leur tournée européenne ou africaine ?
Combien ? Mais ils ne l’ont pas fait
 ».

Lire aussi :   Les fils du vent au sommet de leur art

Le principal reproche qui est fait aux Toofan, c’est leur manque de soutien à l’industrie musicale locale, comme si c’étaient eux leur papa, et qu’ils avaient obligation d’aider tout le monde. Néanmoins, il est certes vrai que de la constellation d’artistes qui les entoure, aucun n’a réellement réussi à émerger. Ni Tach Noir, ni JB Mohab,ni Tony X, ni 2saint, ni Edson le Zorro, Amron ou encore les 109 Connexion.  Mais est-ce vraiment la faute de Barabas & Masta Just ? Une rumeur court également pour attribuer aux Toofan le blocage de certaines vidéos togolaises sur les chaînes TV internationales comme Trace Urban ou Africa.

Et un nouveau feuilleton venait de démarrer ! En bon gnadoetiste, nous avions déjà le pot de popcorn prêt pour savourer ce drôle de novelas ! Et nous avons été servis ! Quelques jours plus tard, Tamandja Akim Toutou (Tam Hakeem Toutou, pour la version la plus connue) sort de sa réserve, pour exprimer toute sa frustration au regard des diverses réactions. Pour l’une des références du showbiz local (pas celui de Facebook hein, le vrai vrai), « la première aide que Toofan peut apporter aux artistes togolais, c’est de donner l’exemple. Montrer le chemin à suivre. Et ça, ils ne l’ont que trop fait ». Pour lui, les gens ne vont pas à l’information, et se contentent de relayer des bruits de couloir très loin de la réalité. Il y a quelques années, Toofan aurait tenté d’initier un mouvement musical urbain pour le Togo, au même titre que le Zouglou ou le Coupé Décalé de la Côte d’Ivoire, ou l’Azonto du Ghana et l’Afrobeats du Nigéria.

Lire aussi :   Togo/Coronavirus : plusieurs médecins infectés

« Souvenez-vous, le mouvement Cool Catché. Plusieurs artistes avaient publiquement déclaré, qu’ils préféraient suivre l’Azonto du Ghana. Parce que s’ils faisaient du Cool Catché, ça n’allait profiter qu’aux Toofan. Combien d’arrangeurs togolais ont suivi le mouvement ? Pendant ce temps, même Koffi Olomidé a dansé du Cool Catché. Je ne parlerai même pas du Gweta.

Mais juste avant le lancement de « Téré téré », Toofan avait l’intention d’en faire un mouvement national. J’étais personnellement au cœur de ce projet. Il y a eu une réunion avec une vingtaine de managers et d’artistes pour exposer l’idée : « on se rassemble pour créer une tendance togolaise qui va conquérir l’Afrique ». La réunion a eu lieu au restaurant « Life » à Lomé. En présence de Barabas. Et de plusieurs artistes et managers togolais. Juste après la réunion, la même nuit, et tout au long de la semaine, les retours étaient tellement négatifs que nous en étions tristes. Le pire est que, le gros lot des remarques ne nous étaient pas dites en face. Mais en ville. Dans des commérages dénigreurs. La plupart des managers et artistes trouvaient qu’un projet d’une nouvelle tendance musicale, avec Toofan, ne bénéficiait qu’à Toofan. Donc leur conclusion était que Toofan voulait juste les utiliser. Je rappelle qu’en ce moment Toofan était déjà consacré « super star » sur le continent. C’est le lieu de saluer ces managers et artistes qui voulaient quand même de ce projet. Il y en avait.

Un autre fait est qu’après la sortie du mouvement Gweta, Toofan avait décidé, que pour chaque prestation du groupe hors du pays, ils amèneraient un artiste togolais avec eux pour le promouvoir. Donc uniquement pour l’intérêt de l’artiste. Aux frais de Toofan. Billets d’avion, hôtel, restauration avec une enveloppe s’il vous plaît. Aux premières tentatives, ces artistes ont fait comprendre aux Toofan que l’enveloppe était trop maigre. Je ne vais pas dire le montant ici. Mais c’était le salaire mensuel d’un cadre de la fonction publique au Togo ». Tam Hakeem Toutou

Lire aussi :   CES TOP MANAGERS TOGOLAIS QUI FONT LA DIFFÉRENCE (1ère Partie)

Des sources proches du groupe nous indiquent qu’ils font beaucoup pour de nombreux artistes togolais, sans pour autant vouloir en parler. En bref, ce que nous retenons de ce tollé, c’est qu’en voulant tirer leurs frères et sœurs, les Toofan ont reçu des coups qui les ont marqués. Personne ne sait par exemple que c’est les Toofan qui ont financé la vidéo de l’un des premiers tubes de Zaga Bambo (ex- Demon Lassi), et que ça ne s’est pas bien terminé. Des anecdotes de ce type sont légion, et ne sont pourtant pas rendus public. Ils ont donc décidé de tout simplement se concentrer sur leur personne pour avancer plus vite, et faire regretter tous ceux qui n’avaient pas cru en leur vision ; aujourd’hui, le pari est indéniablement tenu, il y a un avant et un après Toofan dans l’histoire de la musique togolaise.  Ce que nous ne savons pas, c’est que toutes les méga stars sont critiquées dans leurs propres pays, Que ce soit Magic System, Wizkid, Davido, ou Maître Gims, réussir et ouvrir la voie, entraîne beaucoup de responsabilités qu’il faut mettre du temps à assumer. A l’heure où nous écrivons ces lignes, les Toofan ont une fois de plus fait trembler le Burkina-Faso, et sont repartis avec l’Award du meilleur groupe africain aux All Africa Music Awards (Afrima 2018) tenue à Accra au Ghana. Arrêtons d’attendre de quelqu’un, et allons travailler ! En attendant, c’est les Toofan qui sont les rois, point final.

Cliquez pour commenter

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Pub

Facebook

Pour ne rien rater