Suivez-nous

Actus

Voici ce qui se passe concrètement au Nigeria

Publié

le

Nigeria
Afroculture.net
Rejoignez nous sur Facebook:

Cela fait pratiquement 1 mois que le Nigeria traverse des troubles d’ordre social. La population est sortie dans les rues pour exprimer son mécontentement vis-à-vis des violences policières qu’elle subit. Ces manifestations ont fait le tour des réseaux sociaux et continuent d’attirer l’attention des internautes.

Quelle est donc cette lutte menée par les nigérians ? Pourquoi ces manifestations persistent, malgré les moyens de répression qu’utilisent les forces de l’ordre pour maitriser la situation ? Cet article nous en dit plus.

 

Le mouvement #EndSARS : comment est-il né ?

End Special Anti-Robbery Squad (End SARS) est un mouvement social au Nigeria qui a commencé sur Twitter. Ce mouvement a pour but la dissolution de la Special Anti-Robbery Squad (la Brigade spéciale de répression des vols), une unité de la police nigériane.

Cette unité exerce de la violence sur les populations depuis des années. De nombreuses personnes ont été torturées, des viols sur les femmes recensés, les arrestations sans mandats, etc. Les agents du SARS se basent sur l’apparence pour effectuer leur arrestation, c’est-à-dire qu’il suffit qu’un jeune conduise une grosse voiture, et ce dernier est interpellé.

Le jour où tout a basculé au Nigeria

Le samedi 3 octobre, une vidéo a commencé à circuler sur les réseaux sociaux, montrant un policier du SRAS tirer sur un jeune Nigérian devant Wetland Hotel, dans l’État du Delta. Après avoir tiré sur le jeune homme, les policiers avaient emporté sa voiture.

Lire aussi :   Pape Diouf décède du Coronavirus au Sénégal, premier décès dû au Covid-19 dans le pays

La lutte contre la dissolution de cette unité était menée depuis des années, mais cette vidéo était la goutte d’eau qui a fait déborder le vase. Elle a provoqué un tollé sur les réseaux sociaux. C’est à partir de cet instant que le mouvement #EndSARS a commencé à prendre de l’ampleur.

Les manifestations ont premièrement commencé comme une campagne sur les réseaux sociaux avec le hashtag #EndSARS pour demander au gouvernement nigérian de dissoudre cette brigade. En une semaine, le hashtag a enregistré près de 28 millions de tweets. Les internautes ont commencé par partager toutes les vidéos et photos dans lesquelles on voit les agents du SARS violenter les jeunes.

De la manifestation virtuelle à la manifestation réelle

Après avoir exprimé leur mécontentement sur les réseaux sociaux, les nigérians ont décidé d’organiser des marches pacifiques pour mieux se faire entendre. Ce qui va encore plus crédibiliser cette manifestation, c’est la présence des artistes nigérians.

Le chanteur Wizkid a été le premier à dégainer dimanche 4 octobre, en interpellant le président Muhammadu Buhari sur Twitter. « Old Man ! La police/SARS tue des jeunes Nigérians tous les jours ! Faites quelque chose ! ». Une heure et demie plus tard, c’est Davido qui publie à son tour un message réclamant de « mettre fin à l’absurdité » des violences policières. Il s’est joint aux manifestants sur le terrain et leur a apporté son soutien. La toile s’est enflammée après que les photos de Davido à genoux devant les soldats ont circulé.

Lire aussi :   Découvrez les Ewces, les jumeaux icônes de la danse Hip Hop au Togo

Voici ce qui se passe concrètement au Nigeria

Le chanteur Naira Marley a fait son entrée en appelant la jeunesse à « quitter Twitter » pour sortir dans la rue avec lui mardi 6 octobre. Mais à la dernière minute, la manifestation a été annulée et remplacée par un débat avec le porte-parole de la police diffusé en direct sur le compte Instagram du chanteur.

Les artistes nationaux (Burna Boy, Tiwa Savage, Runtown, etc.) et internationaux (Rihanna, Nicki Minaj, Beyoncé, etc.) ont eux aussi apporté leur soutien au mouvement. Les personnalités publiques se sont elles aussi prononcées sur les réseaux sociaux à l’instar du DG de Twitter, Adebayor Sheyi, Hillary Clinton, la femme du footballeur Mikel Obi, etc.

Le SARS dissout, mais les nigérians toujours insatisfaits

Le dimanche 11 octobre 2020, la police nigériane a dissous la brigade spéciale anti-vol. Mais ce n’était pas vraiment une dissolution, puisque le gouvernement prévoirait de réaffecter ces agents dans d’autres secteurs. Ceci n’étant pas la volonté des nigérians, ces derniers ont décidé de continuer les manifestations. Et le résultat est qu’ils ont fait face à une police qui n’a pas hésité à faire usage des armes à balles réelles pour faire régner l’ordre. D’où les horribles vidéos que nous voyons circuler dernièremment.

Voici en résumé ce qu’il se passe réellement au Nigeria. On espère que cette situation se calmera et que tout rentrera dans l’ordre.

Pub

Facebook

Gnadoe Tv