Suivez-nous

Musique

Manu Dibango : Voici la chanson que Michael Jackson et Rihanna lui ont volé

Publié

le

Le tube Soul Makossa a fait un coup de tonnerre sur le plan mondial et est donc rentré dans les meilleurs classements de musique au monde. La face B du 45 tours a donc été classée 21è au classement mondial Hot Soul singles de Billbord. Il apparaît également dans le hot 100 en occupant le 35è rang du classement de Billboard aux États-Unis. Il est sans contestation classé 17è parmi les chansons les plus écoutées en France bien sûr après que la chanson ait fait le buzz aux États-Unis.

Comme on le sait le miel attire toujours les fourmis. Et les artistes américains n’ont pas dérogé à cette règle en copiant note par note l’instrumental de Soul Makossa. Que savoir alors de la chanson légendaire Soul Makossa?

 

Le Cameroun organisait en 1972 la huitième édition de la coupe d’Afrique des nations. Le football et la musique étant frère et soeur, Manu Dibango a donc demandé au Ministre des sports d’alors de l’autoriser à composer un hymne pour soutenir les Lions indomptables. Le ministre lui avait donc donné son accord et la chanson 45 tours fut enregistrée en contrepartie de 1 million de francs CFA. Comme il manque donc un titre, pour ne pas laisser la face B vide le génie camerounais a imaginé une chanson inspirée des rythmes de makossa à laquelle il donne un arrangement soul. D’où est née la fameuse Soul Makossa par la suite reprise par Papa Groove sur son album du moment. Comment la chanson a pu atterrir aux États-Unis ?

Lire aussi :   Pikaluz: Retour sur le destin de cet adolescent téméraire de banlieue « imbattable »

Au fait le Soul Makossa a été importé aux États-Unis par les noirs américains venus en France,pays où le titre n’a pas fait grand bruit. C’est ainsi par l’effet du hasard que David Mancuso tombe sur le titre dans un magasin. Fou amoureux de la chanson, il la passe très souvent dans sa célèbre discothèque The Loft. Mais c’est le DJ Frankie Crocker qui a mondialement rendu célèbre le Soul Makossa en le jouant sur la radio la plus écoutée par la population noire qui n’est autre que la WBLS. Personne ne peut plus désormais résister au Soul Makossa aux États-Unis.

 

Vous voyez alors que le bébé Soul Makossa est trop précieux et du coup tout le monde veut l’adopter. Parmi ces américains qui ont plagié le Soul Makossa se trouve à leur tête Michael Jackson. En effet le roi de la pop ayant vu la magie qui transparaît de l’oeuvre l’a complètement copiée note par note dans sa chanson Wanna be starting something. Ce titre fait partie de l’album Thriller, l’un des albums les plus vendus au monde. Le papi Dibango l’ayant appris ne l’a pas du tout apprécié et a assigné en justice la maison de production de Michael Jackson. Mais seule une compensation financière lui a été accordé en dédommagement. Et ce qui est important à relever dans l’accord est que toute utilisation ultérieure de la chanson sera d’abord soumise à l’approbation de Manu Dibango, l’auteur original du Soul Makossa.

Lire aussi :   Gerard Akueson, le premier producteur africain fête ses 65 ans de carrière

Mais c’est sans compter sur la parole donnée du roi de la pop. En effet Michael a donné autorisation par la suite à la célèbre chanteuse Rihanna d’utiliser le fond du Soul Makossa dans sa chanson « Don’t stop the music« . « Mon plagiaire donne autorisation à une autre de me plagier!  » s’exclama monsieur N’djokè Dibango. En tout cas il les a quand même traduit en justice comme d’habitude avant de céder à un arrangement à l’amiable. D’autres grands artistes ont également emboîté le pas au roi de la pop tant Aux États-Unis à travers Will Smith et en Afrique à travers Booba dans son morceau DKR.

Il existe donc une œuvre parmi toutes les autres et sur laquelle l’artiste n’aurait jamais misé un centime mais qui l’emmène finalement au sommet. C’est l’histoire de mamamama mako mamamakosa.

Pub

Facebook

Pour ne rien rater